Groupes de support

Tous les clients vus en programme de réadaptation souffrent de douleur reliée à une blessure au travail ou à une maladie professionnelle. La douleur dérange le sommeil et sape l’énergie. Elle porte atteinte au travail, aux activités de la vie quotidienne, aux activités de la vie domestique, aux activités sociales, aux activités récréatives et aux loisirs. Puisque personne ne peut voir ni qualifier la douleur, la personne vivant aux prises de la douleur se sent souvent seule dans sa souffrance. La légitimité de leur douleur est remise en question. Compte tenu des répercussions de la douleur sur la qualité de vie, il est peu étonnant que plus du quart des personnes atteintes d’une douleur chronique souffrent aussi de dépression ou d’anxiété importante.

Le groupe de support est une modalité reconnue au sein des équipes de réadaptation. Il permet au client d’établir un dialogue continu avec d’autres clients atteints de douleurs et de limitations physiques et psychologiques. Les clients peuvent ainsi communiquer leurs inquiétudes face au retour de l’autonomie fonctionnelle avec la certitude d’être écouté et compris.

Ces séances visent une meilleure compréhension des limitations fonctionnelles et permettent aux individus de réaliser qu’ils ne sont pas seuls, que d’autres personnes vivent les mêmes épreuves qu’eux. De même, le fait de rencontrer des gens en rémission permet de redonner l’espoir à ceux qui ne voient pas la lumière au bout du tunnel et de renforcer leur moral. En permettant un langage commun entre les individus, les groupes de support permettent le retour et le maintien des idées positives et de l’espoir vis-à-vis leur réadaptation.

Il est démontré que les groupes de supports sont favorables à l’apprentissage et à l’intégration de nouvelles techniques. De plus, puisqu’ils ont une influence favorable quant à l’humeur et au moral, les groupes de support diminuent le pourcentage de cas de dépression.

En plus d’être favorable au moral des clients, le groupe de support permettra également aux thérapeutes de se concentrer sur des approches humanistes et cognitivo-comportementales lors de l’enseignement de techniques de gestion de douleur et de plusieurs autres habiletés sociales, émotionnelles, cognitives ou physiques.

La douleur est souvent associée à une diminution du niveau de l’activité. Pour les personnes atteintes de douleur, l’arrêt des activités peut entraîner d’autres problèmes annexes tels que l’ankylosent des muscles, une faible tolérance à l’effort et à l’activité physique, une aggravation des limitations physiques et une diminution de la qualité de la vie. Des recherches récentes ont démontré que le retour à l’activité est critique pour le succès de la réadaptation des individus surtout avec la clientèle atteinte de douleur persistante, ou chronique.

 

Le groupe de support serait donc utilisé pour réintroduire l’activité physique à l’intérieur de la routine de chaque client. Ce faisant, il sera possible pour les clients de retrouver un certain niveau d’activité, et ce, encadré et accompagné par des professionnels de la santé. Les exemples d’activités physiques pouvant être développées durant l’activité de groupe comprennent des exercices de marche, des sorties sociales, des exercices de piscine, des exercices de relaxation et des activités de plein air.